Les Renault d'avant guerre Index du Forum Les Renault d'avant guerre
le forum des amateurs de Renault produites de 1898 à 1940
 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron
Aller à la page: <  1, 2, 312, 13, 14, 15  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Renault d'avant guerre Index du Forum -> Les Renault d'avant guerre -> Bibliothèque -> Les Fictions de nos Membres
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pt47_112
père spirituel du forum

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2010
Messages: 19 962
Membre RAG: 2017
Durtal (49)

MessagePosté le: Sam 17 Sep 2016, 20:21    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

On était au bord de la "démodratie ( Mr. Green ) populaire" en France.
Cela semble pourtant incroyable aujourd'hui...
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 17 Sep 2016, 20:21    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
pilpil
Double debrayeur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 18 787
Membre RAG: 2017
EURE

MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016, 09:10    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Il en avait discuté avec Picard un jour d’énervement  :
-…Et je ne comprends pas qu’un homme intelligent comme Lefaucheux considère Louis Renault comme coupable !

-Monsieur Serre, je dois avouer que j’en ai parfois honte pour la France...

Edmond resta de marbre. Le temps de revenir de sa surprise et se demander quelle ruse…

… je vais peut-être vous surprendre en temps que membre de l’OCM, mais depuis que je travaille avec vous, je n’ai pas vu autre chose que le souci de Louis Renault de sauver son usine, et d’éviter la confiscation des machines et la déportation de son personnel.

Edmond Serre le regardait avec des yeux ébahis.

… J’ai tout comme vous, remarqué que la présence des Allemands était pour lui une souffrance permanente. Je l’ai vu au moins deux fois prendre parti contre l’occupant.

-Contre Von Urach au sujet de la 4CV ?

-Oui et aussi quand le GBK a passé des consignes draconiennes pour économiser les métaux non ferreux. Il m’avait dit : « Faites leurs camions avec de la ferraille et de l’acier à ferrer les ânes ! Et cachez le cuivre, l’étain, le plomb dans les carrières de Meudon. On en aura besoin quand ils ne seront plus là » …

-Picard…

-A mon avis, il a servi de victime expiatoire, de gage d’anticapitalisme pour De Gaulle.

Serre n’était pas revenu de sa surprise, penchant pour une vraie sincérité de son adjoint. Peut-être simplement le jugement d’un homme qui comme lui avait vu Louis Renault à l’œuvre de près, pendant toutes ces années d’Occupation. Pas un de ces revanchards dont on ne savait pas toujours bien ce qu’ils avaient fait durant quatre ans !

-Faire cela, Picard, à un homme au bout du rouleau, malade. Mais conscient !

-Il avait encore toute sa tête, ça je peux le dire… au moins par périodes. Lors de son anniversaire au début de l’année, j’étais avec Pierre Debos dans son bureau. Il n’y avait que sa secrétaire qui arrivait à interpréter ses propos. Il nous avait expliqué qu’il se sentait comme enfermé, mais lucide !

-Je sais ! Il y a encore quelques mois il venait à Billancourt chaque matin à 8h30 ! Le soir souvent il passait d’un pas traînant au Bureau d’Etude, s’asseyait sur mon siège et me demandait de lui expliquer les travaux en cours. Je le prenais par le bras pour redescendre du bureau pour ne pas qu’il chute dans l’escalier. Je l’ai aussi accompagné chez le Baron Robert de Longcamp, et il était capable de discuter avec lucidité…

Serre se reprit rapidement pour ne pas tomber dans le piège des confidences. Avec une voix plus grave, plus basse :

-Picard, je prépare un dossier pour innocenter le Patron, j’aurais besoin de votre témoignage.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pt47_112
père spirituel du forum

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2010
Messages: 19 962
Membre RAG: 2017
Durtal (49)

MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016, 11:24    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Rien n'y fera. Twisted Evil
Revenir en haut
Cabviva
Pilier

Hors ligne

Inscrit le: 13 Nov 2013
Messages: 2 120
Membre RAG: 2016
Corse

MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016, 12:11    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Hélas les capitaines d'industries et ceux qui avaient réussis a l'époque étaient très mal vue,  Mad   et je pense que la période et en train de revenir au galop  Twisted Evil
Revenir en haut
pilpil
Double debrayeur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 18 787
Membre RAG: 2017
EURE

MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016, 19:03    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

-Oui… Mais faut-il remuer tout cela maintenant ? C’était peut-être le prix à payer pour remobiliser et pacifier la Nation ?
Il regarda sa montre et tourna les talons sous le prétexte d’une vérification urgente, laissant Edmond en colère.

Pierre… Picard… Ribet… Charpentier… Christiane…

 

Découragé ! Même Porte-joie n’était plus un havre de paix. Porte-joie sans Louis c’était quoi ?

Germaine l’énervait par sa sollicitude, sa gentillesse. Il s’en voulait de déverser sa colère sur elle. Elle restait stoïque essayant de s’adapter, de le soulager, d’éloigner les filles pour ne pas le déranger.

Il se culpabilisait de ne pas les câliner. Mais comment se reposer, donner du temps, de la douceur alors que tout, autour de lui s’écroulait, fuyait, l’agressait ? Il ne tenait plus en place, ne dormait pas.

La situation lui échappait progressivement et le chaos s’installait. Lefaucheux se révélait progressivement un partisan de la planification et du dirigisme, ce qui n’avait rien de rassurant.

Charles Edmond regrettait aujourd’hui de ne pas avoir eu le courage d’ouvrir la précieuse enveloppe. Il aurait été fixé !

 Le 27 novembre Maurice Thorez était rentré en France ! Il avait bénéficié d’une grâce individuelle ! Alors que de Gaulle l’avait condamné pour désertion dès le début de la guerre!

En quelques jours il avait retrouvé sa popularité et la direction de son Parti. Edmond avait senti un redoublement d’activité des délégués.  

Si tout espoir était abandonné autant le savoir et laisser cette chienlit détruire l’entreprise. Lui, Serre, trouverait bien à s’employer ailleurs !

-Mon Dieu délivre-nous du Bolchevisme !

Et toujours aucune nouvelle ! Ni officielle, ni même personnelle !

L’amertume et le découragement le plongeaient dans une apathie grandissante. Il regardait Picard prendre sa place avec résignation.

Après tout, sans Le Patron plus rien n’aurait jamais d’intérêt, il ne fallait pas rêver…
Le 6 décembre, alors que Charles Edmond Serre, se préparait à une journée sombre, assis dans son bureau les yeux dans le vague, le téléphone sonna.
Après qu’il eut raccroché, il sortit précipitamment de son bureau.
Il n’en croyait pas ce que lui avait annoncé Pierre Rochefort !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Pt47_112
père spirituel du forum

Hors ligne

Inscrit le: 02 Jan 2010
Messages: 19 962
Membre RAG: 2017
Durtal (49)

MessagePosté le: Dim 18 Sep 2016, 19:08    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Suspense!!!!!
Revenir en haut
pilpil
Double debrayeur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 18 787
Membre RAG: 2017
EURE

MessagePosté le: Lun 19 Sep 2016, 09:14    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Il sortit acheter lui-même le Figaro au kiosque de la place devant l’entrée principale de l’usine !
 

 


 

                                     25
 


       

Un peu plus de 2 semaines auparavant,

 

       

        Louis Saillant était venu rue Lafayette à la demande expresse de Benoît, l’autre Secrétaire Général, son alter ego. Son éternelle pipe à la bouche, celui-ci le regardait derrière ses lunettes rondes à fine monture avec des yeux pétillants.

- Ouvre-la…

Louis scrutait l’enveloppe que Benoît Frachon avait posée devant lui.

Des pensées confuses agitaient son cerveau.

Il tendit ses mains, et sortit une feuille manuscrite recto-verso.

Avant de la lire il resta en arrêt, jetant de nouveau un regard sur le visage de Benoît éclairé d’un sourire. Celui-ci sortit sa pipe de sa bouche :

-Alors tu la lis ou pas ?

Souriant comme d’une bonne farce !

Louis n’avait jamais remarqué que la fossette de son menton pouvait se creuser à ce point. Mais le camarade Frachon ne riait pas toujours !

Il entreprit la lecture du fameux document, jetant de temps en temps un œil vers Benoît.

Ce qu’il lisait était assez incroyable !

Le secrétaire général de la CGT gardait son sourire et d’un geste du fameux menton semblait lui ordonner de poursuivre. La pipe avait retrouvé le chemin de la bouche fine et large, coincée sous la moustache noire.

Il continuait d’observer le visage attentif de Louis. Il aimait bien travailler avec ce jeune syndicaliste que le Bureau Confédéral avait placé à ses cotés pour remplir à deux la fonction de secrétaire général laissée vacante par Jouhaux, encore en captivité.

Son visage tout en longueur avec une bouche minuscule était franc.

Bien sûr ils n’étaient pas toujours en plein accord. Alors que lui Benoît se considérait un communiste passionné, Louis était plus centriste. Il avait adhéré à la SFIO. Un vrai militant syndicaliste ; sans attache politique réelle. Un défenseur du  syndicalisme indépendant !

Mais il n’y avait rien à redire sur son engagement pendant l’Occupation ! Il  avait œuvré pour une CGT rassemblée qu’il représentait à la réunion du Conseil National de la Résistance de 43 !

 

-Tu as eu ça où ?

Frachon observait avec un certain contentement les yeux ronds de son interlocuteur.

-Qu’est-ce que tu en penses ?

-Ne joue pas à ça avec moi, répondit-il en riant, réponds d’abord à ma question !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
pilpil
Double debrayeur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 18 787
Membre RAG: 2017
EURE

MessagePosté le: Lun 19 Sep 2016, 19:32    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Benoît tira une longue bouffée de sa pipe, passa une main dans ses cheveux drus et frisés, cherchant ses mots :
-Pendant que votre journal, Le Populaire, lorsqu’ils ont arrêté Louis Renault, s’écriait que ses dossiers avaient disparu de sa somptueuse demeure de l’avenue Foch, moi j’y ai envoyé des camarades fouiller un peu !

Louis avait un peu tiqué.

…Sans grand succès immédiat, sauf que… Enfin pour résumer, je n’ai pas lâché depuis et un camarade très impliqué et très bien placé a pu le subtiliser chez les Renault…

-C’est inespéré Benoît !

-Oui car je pense qu’il serait vite passé à la trappe ! C’est pour cela que je voulais t’en parler. Il faut que nous arrêtions la marche à suivre. Toi tu en penses quoi ?

-Comme ça, sans y avoir vraiment réfléchi, nous avons ici le moyen de réaliser enfin la démonstration que le Capitalisme peut être remplacé.

Frachon lui coupa la parole :

-Et oui mon vieux. Quel outil bien dans la ligne des réformes du Conseil National de la Résistance. Nous allons montrer que les ouvriers et employés peuvent faire fonctionner une entreprise. Et quelle entreprise ! Sa dimension permettra une formidable démonstration qui fera tache d’huile !

-Tu t’emportes, le coupa Louis Saillant en riant, mais c’est vrai qu’on aura tout pour montrer que le travail peut rendre les gens heureux sans cette notion de Profit qui a pourri notre société et mené à cette fichue guerre.

Ils étaient tous les deux dans leurs pensées. Un silence de quelques longues secondes pendant lequel Saillant prit sa pipe à son tour.

-Mais concrètement ? reprit-il.

-Il me semble qu’on doit placer ce testament dans des mains capables de le faire reconnaître officiellement. Notre Gouvernement a besoin de l’Entreprise Renault pour asseoir sa politique. Après la réquisition d’octobre et la  confiscation des biens de novembre, il n’y a plus que la touche finale… et là sans contestation sur la légalité !

-La répartition des actions aux travailleurs. Quelle perspective enthousiasmante pour un syndicat. Plus besoin de revendications ! Plus de patron !

-On fera tout par vote démocratique Louis ! On aura la confiance des ouvriers qu’on accompagnera ! On les mettra à la direction par des élections. Les techniciens sortent des formules mais n’ont pas autant qu’eux le sens des réalités immédiates.

-Ça va effectivement remettre en cause quelques situations acquises. Tu as remarqué la suffisance des chefs anciens ouvriers professionnels ?

-On va revenir aux fondements du syndicalisme ! A notre indépendance vis-à-vis des partis !

-C’est toi qui dit ça Benoît ?

Frachon le regarda avec de gros yeux :

-Tu sais très bien que j’ai critiqué les pratiques communistes dans les entreprises quand il le fallait ! J’ai toujours tenu à l’autonomie syndicale. J’ai dénoncé en temps utile les entraves à la remise en marche de l’économie, à l’épuration, à l’initiative des travailleurs.

Il s’arrêta brusquement :

…Excuse-moi je m’emporte…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
pilpil
Double debrayeur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 18 787
Membre RAG: 2017
EURE

MessagePosté le: Mar 20 Sep 2016, 07:44    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Il faut que je me dépêche de finir : l'automne commence dans deux jours! Mr. Green
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
pilpil
Double debrayeur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 18 787
Membre RAG: 2017
EURE

MessagePosté le: Mar 20 Sep 2016, 07:46    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Louis Saillant tirait doucement sur sa pipe et regardait Benoît avec une certaine admiration :
-Tu sais très bien que j’ai combattu les tentatives de mainmise du Parti sur nos syndicats. Mais tu sais aussi que j’ai su reconnaître à diverses reprises tes réserves, fût-ce seulement par ton silence, à l’égard des inflexions de la politique du PCF qui tendent à le couper de la réalité sociale et des couches populaires.

Un pâle soleil entrait dans la pièce à travers les voiles tendus devant les fenêtres. On entendait des bruits de moteur dans la rue.

Saillant avait accepté le partage de la fonction de Secrétaire Général avec lui. Il n’oubliait pas qu’au début de la guerre, à la signature du pacte germano-soviétique, le sacré bonhomme qu’il avait devant lui, s'était courageusement prononcé pour une défense nationale antifasciste, et en avait été déchu de son mandat à la CGT. Jusqu’à la Libération, l'essentiel de l'activité syndicale, les grandes directives d'action, étaient placés sous sa direction. 

En un mot : il lui faisait confiance… et celle-ci était réciproque.

Frachon après une dernière bouffée, reprit la parole :

-Je vais porter le document à François Billoux.

-J’aimerais aussi qu’en plus de ton ministre communiste de la Santé Publique, tu en avertisses mon ministre de l’intérieur. Je tiens à ce que la SFIO soit dans le coup. Ce sera plus prudent que le PCF ne soit pas seul à décider.

 -Je comprends.
 
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
pilpil
Double debrayeur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 18 787
Membre RAG: 2017
EURE

MessagePosté le: Mar 20 Sep 2016, 07:56    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

                                                           26
 
 
       
Le 7 décembre 1944,
 
 
                En première page du nouveau quotidien Paris Presse de ce jeudi matin, sous l’article « Le Général de Gaulle va quitter Moscou », Edmond lisait et relisait le cours encart :







Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
pilpil
Double debrayeur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2008
Messages: 18 787
Membre RAG: 2017
EURE

MessagePosté le: Mar 20 Sep 2016, 20:02    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

C’était quasiment la même information que celle parue la veille dans le Figaro : « La découverte d'un testament rédigé par Louis Renault aurait remis en question la procédure à suivre pour aboutir à une solution rapide ! »
A une précision près… mais quelle précision dans la fin de la dernière phrase !

D’où tenaient-ils cette information capitale ? Edmond Serre en avait une idée…

Il sentit une douce chaleur monter en lui.

Louis !

Paris Presse en savait un peu plus. Que penser de ce journal qui avait été créé il y avait seulement un bon mois ? Il semblait plutôt sérieux jusque-là… Même si le vendredi était le  1er et non le 2 décembre…

Les rédacteurs étaient on ne peut plus respectables !

Rochefort lui avait dit que Barrès, s'était toujours montré hostile au national-socialisme, et s’était mis dès juin 1940 au service de la France libre, rédigeant en 1941, en exil à New York, la première biographie du général de Gaulle. Il était secondé par la fille de Marie Curie engagée dans le corps des volontaires féminines de la France combattante. Le général de Gaulle lui avait même rendu hommage dans son discours d’octobre 1943 à Alger.

 

Sa première impression de bonheur passée, venaient de nouvelles questions :

Pas de solution rapide… Remise en question de la procédure… Est-ce que c’était vraiment réconfortant ? Pourrait-on inverser ce que Edmond voyait chaque jour se mettre en place dans l’usine ?

Si ça bloquait l’action du Gouvernement, les avocats y arriveraient certainement ? La victoire pour la Firme, et pour Louis était au bout !

Quand ?

 

La journée était rapidement passée. Charles Edmond Serre avait repris sa place dans les Services, secouant Picard, relançant de nombreux dossiers en attente.

Le tout interrompu par ses tentatives de joindre Christiane Renault. Elle n’était pas là. Il lui fallu insister pour apprendre qu’elle était partie se reposer sur les bords de la Méditerranée à Escampobar.

Maître Ribet quant à lui, le mettait toujours en attente.

La fin de journée arrivant, seul à son bureau, il prit sa tête entre ses mains.

L’euphorie était retombée. Il ressentait ce qu’on perçoit parfois en arrivant au but tant désiré : comme un dégrisement paradoxal ?

Voilà ! L’Entreprise allait pouvoir repartir comme avant. Louis aurait été satisfait.

Mais Louis n’était plus là.

Et ce soir Edmond se sentait bien loin aussi !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
tamalou51
Guide du forum

Hors ligne

Inscrit le: 22 Fév 2011
Messages: 6 268
Membre RAG: 2017
seine et marne

MessagePosté le: Mar 20 Sep 2016, 21:26    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Demain c'est le dernier jour de l'été, la fin du récit approche, c'est insoutenable.. Okay
_________________
La seule chose promise d'avance à l'échec c'est celle que l'on ne tente pas.
Revenir en haut
Celta83
Guide du forum

En ligne

Inscrit le: 06 Mar 2011
Messages: 5 952
Membre RAG: 2017
Garéoult 83136

MessagePosté le: Mer 21 Sep 2016, 06:53    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Demain c'est loin! Rolling Eyes
_________________
Celta83
Revenir en haut
Fossoyeur
Double debrayeur

En ligne

Inscrit le: 11 Mai 2011
Messages: 15 988
Membre RAG: 2017
Au milieu de nulle part (61)

MessagePosté le: Mer 21 Sep 2016, 07:06    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron Répondre en citant

Mais demain, c'est aujourd'hui Mr. Green
_________________
PG2 berline + YN4 berline luxe + YN4 coach décapotable (+ R1092)
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:17    Sujet du message: Une petite histoire pour l'été : Le Testament du Patron

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Les Renault d'avant guerre Index du Forum -> Les Renault d'avant guerre -> Bibliothèque -> Les Fictions de nos Membres Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 312, 13, 14, 15  >
Page 13 sur 15

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2017 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com powered by ArgenBLUE free template